Après une perte d’emploi involontaire tel qu’un licenciement ou une fin de contrat, l’employé se retrouve sans emploi pour une certaine durée. Pendant cette période de recherche d’emploi, le chômeur aura le droit à une rémunération dont le montant dépend de son ancien salaire. Cette rémunération est dite allocation chômage.

A qui s’adresse l’allocation chômage ?

Pour qu’un sans-emploi ait le droit à l’allocation chômage, il devra remplir les conditions suivantes :

  • Avoir perdu son emploi involontairement, tel qu’un licenciement, une fin de contrat à durée déterminée, une mission d’intérim ou une rupture conventionnelle. Par contre s’il démissionne il ne sera pas concerné par l’allocation chômage.
  • Il doit avoir exercé son travail pendant une durée d’au moins 4 mois au cours des 28 derniers mois, (36 derniers mois, pour les âgés de plus de 53 ans). Cette condition peut être remplie avec un ou plusieurs contrats, chez différents employeurs.
  • Il doit être inscrit à Pôle emploi en recherche active, dans une durée qui ne dépasse pas les 12 mois qui suivent la perte de son boulot.
  • Il n’a pas droit à une retraite complète ou anticipée.
  • Il doit être physiquement capable de travailler.
  • Il doit faire partie des citoyens français (métropole et DOM sauf Mayotte).

Comment se calcule le montant de l’allocation chômage ?

L’allocation chômage ou bien ARE, est une rémunération versée par pôle emploi aux citoyens français qui a perdu son emploi involontairement. Le montant de cette allocation est calculé comme suit:

– Pour le calcul de l’allocation chômage journalière, pôle emploi utilise les deux formules suivantes :

  • 40,4 % du salaire journalier de référence + 11,92€; ou 57 % du salaire journalier de référence.
  • Si le résultat obtenu est inférieur au montant d’allocation minimale (29,06 €;), Pôle emploi considère l’allocation minimale comme montant de l’allocation chômage.
  • Seul le résultat le plus élevé entre ces deux formules sera retenu.

– Notez bien que quelle que soit la situation du chômeur, le montant des allocations ne peut dépasser les trois quarts de son salaire journalier de référence.

  • Le résultat obtenu lors de ce calcul, est soumis à des retenues comme suit :
  • Participation aux points de retraite complémentaire (cette retenue ne s’applique pas aux allocations de chômage journalières dont le montant est inférieur à 29,06€).
  • La CSG et la CRDS: ces retenues sont appliquées aux allocations journalières dont le montant brut est supérieur ou égal à 50€;.

Ce montant d’allocation chômage journalière sera multiplié par le nombre de jours du mois, qu’il soit 31 ou 30 jours, et dans le cas du mois de février de 28 ou 29 jours.

Voulez vous continuer la partie ?